CAMPAGNE 2010

Depuis 2004, la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ), en collaboration avec les associations de consommateurs du Québec, met de l’avant la vaste campagne provinciale d’éducation et de sensibilisation au crédit et à l’endettement « Dans la marge jusqu’au cou ! ». Cette campagne vise à sensibiliser et informer les consommateurs aux dangers potentiels liés à certains comportements à risque tels que l’utilisation excessive du crédit pouvant mener à l’endettement.

CARTE POSTALE DE CONTESTATION:
NON À LA SOLICITATION ET À LA PUBLICITÉ SUR LE CRÉDIT!

Les associations de consommateurs croient que le gouvernement a un rôle à jouer pour freiner la croissance de l’endettement et réitèrent leur demande au gouvernement du Québec d’interdire la sollicitation et la publicité sur le crédit. Envoyez cette carte postale de protestation aux députés provinciaux et appuyez-nous dans nos démarches !

sondage sondage

Sondage sur les attitudes et les perceptions de la population en regard des cartes de crédit :

Sondage omnibus réalisé pour la CACQ par la firme l'Observateur du 29 juillet au 8 août 2010 auprès de 1 034 répondants de 14 ans et plus, dont 816 détenteurs de cartes de crédit.     Télécharger le sondage au complet

Le taux de possession d’une carte de crédit s’élève à 79 % pour la population générale et de 25% pour les 14-21 ans.

La perception du paiement par carte de crédit

• Les deux tiers des Québécois considèrent le paiement par carte de crédit comme étant utile et essentiel.
• Un Québécois sur cinq considère plutôt le paiement par carte de crédit comme étant superflu et risqué pour sa santé financière.

L’incitation à l’achat

• Un Québécois sur cinq détenant une carte de crédit admet être incité au moins occasionnellement à acheter davantage que ne lui permet son budget.

Les usages les plus fréquents

• 7 répondants sur 10 détenant une carte de crédit utilisent celle-ci pour des achats de réconfort (se gâter ou profiter d’une occasion).

Le niveau d’endettement actuel

• 91% des répondants jugent leur niveau d’endettement sous contrôle et raisonnable.

La marge de manœuvre quant aux paiements de carte de crédit

• 74% des répondants ont affirmé qu’ils s’en tireraient sans trop de problèmes advenant une perte d’emploi ou une baisse de revenu.

Les difficultés de paiement

• 7% des gens disposant d’une carte de crédit auraient déjà éprouvé des difficultés à faire le paiement minimum requis sur celle-ci. Parmi ceux-ci, plus de la moitié auraient éprouvé ce genre de difficultés au cours de la dernière année.

Perceptions (données provenant du sondage omnibus : attitudes et perceptions en regard du crédit, 2010)

Réalités

91% des répondants ont dit que leur niveau d’endettement était sous contrôle ou raisonnable

Les Canadiens sont endettés à 145% de leur revenu disponible annuel (Bureau du surintendant des faillites, 2009)
 
Le taux de faillite personnelle a triplé en 20 ans ! (Bureau du surintendant des faillites)
 
De 1987 à 2005, le nombre de faillites a doublé chez les 15-24 ans et a augmenté de 150% chez les 25-35 ans (Proulx)

Un Québécois sur cinq détenant une carte de crédit admet être incité au moins occasionnellement à acheter davantage que ne lui permet son budget

86 % des Canadiens considèrent que l’accès facile au crédit est un facteur qui contribue à l’endettement (Bureau de la consommation)

Les deux tiers des Québécois considèrent le paiement par carte de crédit comme étant utile et essentiel

Quelque 85 % des répondants endettés ont déclaré une dette active de carte de crédit (Association des comptables généraux accrédités du Canada « Où va l’argent? L’endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute (2009))

74% des répondants ont affirmé qu’ils s’en tireraient sans trop de problème advenant une perte d’emploi ou une baisse de revenu

Le sondage de l’Association canadienne de la paie mené en septembre 2009 révélait que « 59 % des travailleurs canadiens indiquaient qu’ils auraient du mal à joindre les deux bouts advenant un retard d’aussi peu qu’une semaine dans le versement de leur paie. »
 
25 % des Canadiens seraient incapables d’assumer une dépense imprévue de 5 000 $ et 10 % auraient de la difficulté à composer avec une dépense inattendue de 500 $ (Association des comptables généraux accrédités du Canada « Où va l’argent? L’endettement des ménages canadiens dans une économie en déroute (2009))

facebookyoutube feuille de réflexionguide d'activité trucs et conseils contactez-nouscampagnes precedentes