Une campagne de sensibilisation au crédit et à l’endettement plus que jamais pertinente

L’endettement des consommateurs, dont la croissance prend des proportions incontrôlables, représente un grave problème socio-économique qui ne cesse de prendre de l’ampleur au Québec. Il est par ailleurs reconnu que la surutilisation du crédit est un facteur déterminant de l’augmentation de l’endettement et que les sollicitations et la publicité sur le crédit sont étroitement liées à son utilisation excessive. Plus de 85 % des Canadiens considèrent d’ailleurs que l’accès facile au crédit est un facteur qui contribue à l’endettement (Bureau de la consommation, 2011). Dans ces circonstances, il semble nécessaire d’informer, de faire de l’éducation en matière de finances personnelles et surtout de prévenir des dangers potentiels liés à certains comportements à risque tels que l’utilisation excessive du crédit pouvant mener au surendettement.

Ainsi, depuis 2004, la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ), en collaboration avec les associations de consommateurs de la province, met de l’avant la vaste campagne d’éducation et de sensibilisation au crédit et à l’endettement « Dans la marge jusqu’au cou! ». La campagne est née de la volonté des associations de consommateurs un peu partout au Québec d’unir leurs forces autour d’une problématique qui les regroupe toutes, soit l’augmentation croissante de l’utilisation du crédit sous toutes ses formes et le taux d’endettement élevé des consommateurs. Ce dernier ayant passé de 115 % lors de la première édition de la campagne à 165,5 % aujourd’hui, force est de constater que la situation ne s’améliore pas. Ainsi donc, l’événement annuel est un incontournable au Québec et demeure pertinent. De façon générale, la campagne vise à sensibiliser les Québécois sur l’importance de l’éducation en matière financière et sur  les dangers potentiels liés à certains comportements à risque tels que l’utilisation excessive du crédit pouvant mener à l’endettement.

C’est donc depuis 10 ans déjà qu’à la fin du mois de novembre de chaque année, et ce, partout à travers le Québec, la campagne permet de rejoindre plus d’un million de consommateurs. L’an dernier, près de 500 activités gratuites ont été offertes et près de 30 000 personnes y ont participé. Au total, c’est plus d’un million de consommateurs qui sont rejoint par le biais des stratégies publicitaires et de visibilité de la campagne « Dans la marge jusqu’au cou! ». Elle est un excellent moyen de rappeler à la population que des ressources neutres et objectives peuvent les aider à trouver des solutions en matière d’endettement, particulièrement ces dernières années où une explosion de nouveaux acteurs dans le marché de l’endettement se fait ressentir. C’est pourquoi il est essentiel de contribuer à faire connaître largement les services des associations de consommateurs.

La 10e édition de la campagne « Dans la marge jusqu’au cou ! » proposera une foule d’activités thématiques du 25 au 30 novembre 2013. Deux moments forts de la semaine sont également à ne pas manquer, soit la Journée sans achat et la Journée sans crédit, respectivement les 29 et 30 novembre prochains.

 

Le Défi crédit : un remède pour combattre la fièvre du crédit !

Le dernier rapport de Statistique Canada rappelle qu’en 2009, les deux tiers des familles avaient une dette encourue s’élevant à 114 400 $ en moyenne (Statistique Canada, 2012). Cette situation précaire affecte particulièrement les jeunes propriétaires et les jeunes familles. Disposant d’un revenu modique, ils sont les plus susceptibles de ne pas être en mesure de rembourser leurs dettes en cas d’imprévus. Ils doivent ainsi emprunter à nouveau, ce qui les jette dans un cercle vicieux dont il est impossible de sortir.

Plus encore, en 2013, le taux d’endettement des Canadiens a atteint un sommet record. Il n’y a aucun doute, les consommateurs sont « dans la marge jusqu’au cou ! ». Depuis 1990, l’endettement augmente 7 fois plus vite que les revenus (Institut Vanier de la famille, 2010). Le taux d’endettement des ménages, c’est-à-dire le rapport entre les dettes et le revenu disponible, est maintenant chiffré à 165,6 % (Statistique Canada, 2012). Cela se traduit par 165 600 $ de dettes pour un revenu disponible de 100 000 $. Si la tendance actuelle se maintient, l’endettement moyen des ménages du pays pourrait continuer de grimper de manière fulgurante au cours des prochaines années.

Dans le contexte économique actuel, il est donc plus important que jamais de sensibiliser les Québécois à l’urgence de soigner leur santé financière personnelle. Plus encore, il est davantage temps d’inviter les citoyens à redoubler d’effort pour multiplier les gestes d’utilisation responsables du crédit et ainsi changer leurs habitudes de consommation pour prévenir le surendettement. Devant ces constats, les associations de consommateurs sont conscientes qu’il reste beaucoup à faire pour accroître le niveau de compréhension du fonctionnement du crédit et de la gestion budgétaire de même que l’amélioration des comportements en termes d’utilisation responsable du crédit.

Ainsi, pour la deuxième année, la campagne annuelle propose une fois de plus au grand public de réfléchir à ses motivations et comportements en matière de crédit, surtout à l’approche des fêtes, en participant au Défi crédit. En effet, les statistiques de participation au Défi crédit de l’année dernière révèlent que l’éducation populaire en consommation et en finance personnelle doit perdurer dans le temps. Seulement 57 % des participants se sont engagé à n’avoir qu’une seule carte de crédit. C’est également ce même ratio en ce qui concerne l’engagement de payer son solde de crédit au complet et à temps. En outre, c’est n’est que 57 % des participants au Défi crédit qui se sont engagé à discuter du crédit en famille et à partager leurs trucs. À l’avis du mouvement de défense des consommateurs, cela en dit long sur l’importance de miser sur le maintien d’une activité de mobilisation concrète de saine habitude de consommation et de lever le voile sur le tabou de l’endettement. C’est donc dire qu’à long terme, l’utilisation modérée du crédit peut permettre de prévenir et de guérir l’endettement.

Suivant le succès de la première édition, où près de 2000 citoyens ont pris part au Défi crédit, c’est sous le thème « Combattez la fièvre du crédit » que les consommateurs seront, entre autres choses, à nouveau encouragés à réaliser de multiples engagements de leur choix pour relever le Défi crédit.

 

 Les dettes vous rendent malade?

Participez au Défi crédit!